QuiFaitQuoi
recherche/expérimentation en AB

Alternatives à l'utilisation des hormones en élevage porcin

Type d'actionProjet Recherche/Expé
StatutEn projet
Début  juin 2015
Fin  janvier 2017
Implication dans l'ABmixte
Echelle de l'action
Régionale

Localisation
Bretagne
Centre
Pays de la Loire
Poitou Charentes
 

 

Organisme(s) des responsables

INRA Tours


Productions

Porcins
 

Thématiques

Reproduction et sélection
 


Objectif

Dans les élevages porcins conventionnels, des traitements hormonaux sont administrés par plus de 80% des éleveurs pour synchroniser les cycles des femelles de renouvellement et les intégrer dans les bandes de truies (S Boulot et al., 2005, Techniporc, 28). Dans les élevages porcins biologiques, le recours aux hormones est interdit. Pourtant, la conduite en bandes présente de nombreux avantages, comme la possibilité de réaliser des adoptions croisées pour équilibrer la taille des portées, une surveillance des mises-bas facilitée, le nettoyage et la désinfection des locaux entre bandes... Dans les élevages biologiques, la conduite en bande est largement pratiquée (75% des élevages), mais les bandes sont étalées car les éleveurs n'utilisent pas de traitements de synchronisation des chaleurs. De plus, la mauvaise synchronisation des femelles provoque souvent un décalage de quelques femelles qui sont alors soit conduites hors-bande, ce qui complique l'organisation du travail, soit entretenues dans l'attente de réintégrer une bande, ce qui induit des pertes financières.
Il est donc nécessaire de développer de nouvelles pratiques d'élevage notamment pour la synchronisation des oestrus. C'est l'objectif de notre projet qui vise à optimiser les techniques de reproduction et les performances qui en découlent.
Les jeunes femelles (cochettes) atteignent précocement un stade physiologique de pré-puberté au cours duquel une stimulation externe est susceptible de déclencher la première ovulation. Cette ovulation est accompagnée du premier comportement d'oestrus (généralement synchrone de la 1ère ovulation). Une stimulation par exposition au verrat (appelée effet mâle) pourrait favoriser le déclenchement et la synchronisation de la puberté si elle est appliquée pendant cette période de pré-puberté (A Prunier, 1989, INRA Prod Anim 2, 65-72), mais cette pratique est très peu utilisée en élevage, car le moment optimal d'exposition au verrat et les modalités de cette exposition ne sont pas clairement définis. En dosant l'estrone dans l'urine, Armelle Prunier a identifié une augmentation des concentrations d'estrone (Camous et al., 1985, J Anim Sci 60, 1308-1317) correspondant à la phase de pré-puberté pendant laquelle les cochettes seraient sensibles à l'effet mâle. En conditions d'élevage, des prélèvements d'urine réguliers ne sont pas envisageables. Nous souhaitons donc rechercher des biomarqueurs de la phase de pré-puberté dans la salive, ce type de prélèvement étant réalisable en élevage.
De nouveaux outils sont maintenant disponibles afin de réaliser des études à grande échelle : métabolomique, protéomique... Ces outils sont adaptés à la recherche de biomarqueurs dans un fluide biologique et permettent de travailler sur des volumes d'échantillons de plus en plus faibles. L'enjeu scientifique est donc d'utiliser ces outils novateurs pour caractériser la période pré-pubertaire et rechercher des biomarqueurs salivaires du moment optimal d'exposition à l'effet mâle.

Résultats

Type de diffusion
Article scientifique
Article technique de vulgarisation
Colloque, journée technique, séminaire
 

Partenaires scientifiques et techniques

CA Pays de la Loire, IFIP-Institut du Porc, INRA Poitou-Charentes , INRA Rennes , INRA Tours PRC, INRA Tours UE PAO, ITAB


En liaison avec les actions :

Projet Recherche/Expé - Terminée - Echelle Régionale - CA 44
Projet Recherche/Expé - Terminée - Echelle Régionale - CA 44
Projet Recherche/Expé - Terminée - Echelle Nationale - IFIP-Institut du Porc


ITAB - Institut Technique de l'Agriculture Biologique     www.itab.asso.fr     QuiFaitQuoi     Contacts
identifiant
mot de passe